Accueil >> Dossiers >>Activités Inter Europe

7 Octobre – Journée mondiale pour le travail décent

  • Poste par
  • Sylvain Bernard
  • 5 octobre 2016
Urif_instit_v2

Texte commun du réseau des syndicats des régions capitales européennes.

 

Malgré l’effet dévastateur de la crise et des politiques d’austérité, qui provoquent une augmentation considérable du chômage et du travail précaire, des emplois de mauvaise qualité, la montée des inégalités et la mise en concurrence à l’intérieur et entre les pays de l’UE, l’Europe continue de  saper  et démanteler les mécanismes et instruments  essentiels pour lutter contre ces politiques et protéger ceux qui en sont victimes (comme les systèmes de négociations collectives).

 

Le modèle social européen a été considérablement érodé et il n’y a aucun signe que l’Union européenne veuille inverser cette situation.

 

Les  prétendues réponses à la crise des politiques néolibérales ont favorisé la déréglementation du travail et miné les conditions de travail.

 

La qualité industrielle et  la qualité de l’emploi sont gravement compromis avec des choix conduisant à leur affaiblissement et à leur fragmentation.

 

Les tensions entre les réglementations sociales et la feuille de route des marchés financiers se sont particulièrement accentuées.

 

Dans ce contexte, la menace et la pratique de « marchéisation » du dumping social sont devenus plus imminent. Le travail est utilisé pour obtenir un avantage concurrentiel, avec des salaires de plus en plus vers le bas et des conditions de travail de plus en plus sous tension.

 

Par conséquent, se développe en Europe (et notamment dans les capitales européennes) un nombre croissant de femmes et d’hommes avec des conditions de travail et de vies dégradées, des salaires de misère et sans protection sociale. Cela a pour  conséquence d’augmenter le nombre des travailleurs pauvres et le nombre de ceux qui sont soumis à de nouvelles formes d’esclavage. Dans le marché du travail européen d’aujourd’hui, un emploi ne suffit plus pour avoir une vie décente, pour un nombre de plus en plus important de travailleurs et leurs familles.

C’est pas  cette Europe que les syndicats veulent et défendent !

 

L’Europe a besoin de renforcer son modèle social, de promouvoir la cohésion sociale et de l’harmoniser sur le continent ! L’Europe a besoin de mettre en tête de ses priorités les questions  sociales, le travail et des droits de l’homme. Les syndicats des capitales européennes exigent fortement une Europe différente basée sur la coopération et la solidarité. Une Europe  au service des travailleurs et des intérêts du peuple.

Dernières initiatives

  En pleine période estivale, le 20 juillet derni

Public, privé : des milliers de salariés se mobilise